Les 3 fondamentaux du SEO pour bien débuter

Les 3 fondamentaux du SEO pour bien débuter

Le SEO, ou référencement naturel, regroupe toutes les techniques pour classer un contenu en tête de résultat sur les moteurs de recherche. Il faut noter que 53 % du trafic des sites web est organique : quelle que soit votre activité, vous avez intérêt à optimiser votre référencement naturel. Il y a quand même des fondamentaux qui ne changent pas. La maitrise parfaite des fondamentaux du SEO demeure un nécessite et voici quelques-unes pour bien débuter

Le contenu

L’algorithme de Google est désormais bien trop sophistiqué pour ceux qui voudraient le duper de manière trop grossière : un contenu de qualité est désormais un atout non-négligeable pour obtenir de bons résultats de référencement naturel.

Un contenu de qualité est avant tout un texte qui répond au besoin du lecteur. Ce besoin peut prendre plusieurs formes : c’est ce qu’on appelle l’intention de recherche. On retrouve quatre catégories d’intentions de recherche :

  1. L’intention informationnelle (comme dans 80 % des cas, l’internaute veut apprendre quelque chose)
  2. L’intention commerciale (il veut obtenir des informations avant de prendre une décision d’achat)
  3. L’intention navigationnelle (il recherche un site ou une page web spécifique)
  4. L’intention transactionnelle (il veut acheter un produit)

Par exemple, avec le mot-clé “ordinateur portable”, l’intention de recherche est transactionnelle. Les premiers résultats (hors publicité) sont des pages de vente :

En changeant la requête pour “comparatif ordinateur portable”, l’intention devient commerciale. Les premiers résultats sont des comparatifs de produits :

Avec “quels critères pour un ordinateur portable ?”, l’intention de recherche est informationnelle. Les premiers résultats sont des articles de blog. La suggestion de Google pour les “autres questions posées” s’affiche plus haut dans les résultats que lors des précédentes requêtes :

Le référencement naturel s’articule autour de mots-clés. De nombreux webmasters pensent qu’il suffit d’intégrer le mot-clé que l’internaute recherche suffisamment de fois dans un article pour être bien référencé. On peut donc vouloir écrire un article pour chaque mot-clé.

Cette légende urbaine est en partie fausse. En fait, il vaut mieux choisir un sujet (et pas un mot-clé) et rechercher les questions que se posent les internautes sur cette thématique. C’est la meilleure manière de répondre correctement à leurs attentes. Pour réussir, vous pouvez par exemple regarder les sections “autres questions posées” et “recherches associées” de Google.

Ensuite, vous pouvez travailler avec des cocons sémantiques : lorsque vous intégrer plusieurs liens qui pointent vers d’autres pages de votre site web, faites-le avec des pages avec une sémantique similaire. Par exemple, des articles sur la fiscalité, l’inflation et les cryptomonnaies doivent être maillés ensemble pour former un cocon sémantique sur la finance personnelle.

Enfin, vous devez optimiser l’article en mettant absolument un ou plusieurs dans le <title> et dans les titres <hn> de l’article.

L’expérience utilisateur (la partie technique)

Appliquez les bonnes pratiques du web et Google ne vous pénalisera pas.

Assurez-vous de ne pas avoir de pages en erreur 404 (une page supprimée ou remplacée), de liens cassés et de redirections en chaînes (lorsqu’une ancienne URL renvoie vers une autre page à jour). La Google Search Console vous permet de vérifier ces erreurs. N’hésitez pas à vous aider d’autres logiciels SEO (certains sont gratuits) pour maîtriser cette partie technique du référencement naturel.

Depuis le 1er mai 2020 et la mise à jour  Web ,Core VitalsGoogle tient compte de trois critères de rapidité sur votre site web. Ces critères impactent votre référencement naturel. Vous devez optimiser votre temps de chargement avec des astuces simples (compresser les images, utiliser une police de texte simple, supprimer les plugins inutiles…).

Plus globalement, c’est toute votre interface qui doit être optimisée. Vous devez en particulier être vigilant à l’affichage de votre site web sur smartphone. Une interface mobile friendly est indispensable, sachant que l’algorithme de Google scrute votre site web en priorité sous format mobile depuis la mise à jour Mobile First Indexing d’avril 2021.

L’algorithme de Google fonctionne comme un utilisateur : il se promène sur votre site. La navigation doit donc être claire grâce à un bon maillage interne. Vous devez intégrer plusieurs liens internes dans chacune de vos pages.

La popularité et l’autorité de domaine

Le référencement naturel de chaque page web ne fonctionne pas en silos. Le classement d’une page dépend largement de l’autorité de votre nom de domaine. Par exemple, sachant que l’autorité de domaine de Wikipedia est conséquente, leurs pages auront beaucoup de chances de bien se positionner dans les moteurs de recherche.

Ce même critère d’autorité est basé sur le nombre et la qualité des liens pointant vers votre page. C’est ce qu’on appelle les “backlinks”. Si un site avec une forte autorité de domaine renvoie vers le vôtre, l’impact SEO est beaucoup plus puissant qu’un backlink d’un petit site web. Aussi, un backlink de qualité aux yeux de Google doit provenir d’un site positionné sur la même thématique que la vôtre.

La meilleure façon d’obtenir des liens exceptionnels est d’avoir un contenu exceptionnel. Par exemple, si vous réalisez une interview de Warren Buffet, vous allez faire figure d’autorité et plusieurs sites traitant de finance personnelle vont vous citer. Mais un contenu hors du commun demande énormément de ressources.

Pour obtenir des backlinks plus simplement, vous pouvez écrire des articles invités : en échange de la rédaction d’un contenu sur un site partenaire, vous avez le droit d’intégrer un lien pointant vers votre site.

Vous pouvez également réaliser des échanges de liens (chacun pointe vers l’autre site). Mais si vous abusez de cette pratique (par exemple en ajoutant 50 nouveaux liens réciproques en une semaine), vous risquez d’être sanctionné par Google Pingouin, l’algorithme de Google chargé de faire la chasse aux échanges de liens abusifs.

Enfin, il est possible d’acheter des backlinks. Mais vous devez prévoir un certain budget : au minimum 20 € par lien, et en moyenne 353 $ selon l’outil d’expertise SEO ahrefs. Mais cette pratique est interdite par Google, qui peut appliquer des sanctions (en détériorant votre référencement, voire en vous désindexant). 

Au-delà de l’autorité de domaine, la popularité d’un site web tient également à son branding. Par exemple, les backlinks provenant des réseaux sociaux ne sont pas censés compter pas dans votre classement SEO (ils sont en “nofollow”). Mais ils permettent de montrer que vous êtes une ressource de confiance. Surtout, il est important d’avoir d’autres sources de trafic que Google : si votre classement SEO est dégradé suite à une mise à jour du moteur de recherche, vous perdrez la majorité de vos visiteurs quotidiens.

Les podcasts et les vidéos Youtube sont des exemples très intéressants : ils permettent d’obtenir du trafic d’autres plateformes et de toucher un public avec une intention de recherche que vous ne pouvez pas atteindre sur Google.

La mise en pratique de ces fondamentaux est un gage de réussite pour bien débuter.